Le piège de l’amélioration de soi. Ce que vous voulez vraiment,
ce que l’ego ne veut vraiment pas, le désir de votre cœur,
vous l’avez et vous l’êtes déjà. Cela s’inscrit dans notre thème:
il n’est pas question d’accumuler plus de connaissances
du monde… Souvent, nous participons à des stages, ou
sommes en service, ou en retraite, etc.. et l’idée est : OK, que puis-je obtenir?
Peut-être puis-je obtenir plus d’outils et avoir plus de compétences, etc., mais
il ne s’agit pas vraiment d’aller dans le sens de « plus ».
C’est comme… une publicité pour une bière que
nous avons aux États-Unis, qui dit: « moins, c’est plus ».
Cela va dans le sens opposé à plus, plus, plus, plus de quoi
que ce soit… Jésus a une petite section
dans le texte qui s’intitule “Au-delà de toutes idoles»”
(NdT: en réalité: «L’antéchrist») et dans cette section, Jésus dit :
Il la commence par une question… C’est toujours génial, vous lisez un
livre de Jésus Christ et il commence par une question et vous pensez: OK!
Cela va vous réveiller le matin! Il dit «Qu’est-ce qu’une idole?
Penses-tu le savoir» ? Et c’est le début… et puis il
commence à expliquer… Une idole est plus de quelque chose, peu
importe plus de quoi. Vous pouvez voir à quel point ce
bel enseignement est inclusif. Même quand vous avez ce désir
d’être plus spirituel et ce désir est souvent
projeté dans l’avenir… la grande illusion, c’est que
l’ego est d’avis qu’il faut essayer de faire quelque chose pour
continuer d’exister dans votre esprit. Alors il va s’approprier des termes
tels que « illumination » et inventer des concepts tels que
«illumination future» et “illumination personnelle” Et cela peut sembler un assez
bon idéal au début jusqu’à ce que nous nous rendions compte
qu’il va forcer l’autre version d’un soi non-illuminé et continuer
à comparer les deux. Et vous finirez toujours en difficulté,
et sentirez que vous êtes moins que ce que vous pourriez être,
ou moins que ce que vous devriez être. Mais vous devriez apprendre à ne pas
vous condamner. Vous pouvez apprendre à ne pas vous
condamner pour continuer à vous ouvrir, vous ouvrir, et noter lorsque les pensées de l’ego ou les
pensées privées surgissent, il s’agit de commencer à apprendre à
les regarder et à les noter sans réagir à celles-ci, sans les prendre
au sérieux. Donc, au lieu d’un buffet libre
où toutes les options sont disponibles pour essayer de devenir une personne
illuminée, il est vraiment utile de commencer à vous rendre compte que dans
cette vie, ce sur quoi il faut se concentrer c’est sur l’entraînement mental et
sur l’observation de l’esprit. Et quand vous êtes tentés de vous
perdre dans celui qui fait (le faiseur) de vous perdre dans le soi personnel,
essayant de devenir une personne meilleure, ou plus illuminée,
vous commencez à réaliser que c’est une autre tricherie de l’ego. L’ego
a inventé la « persona », le masque. Et l’un de ses trucs préférés est de
prendre le masque et puis travailler pour tenter
d’améliorer le masque. Et ce dont nous parlons est plutôt
d’apprendre à dissoudre le masque ou à laisser ce masque s’effondrer,
et à être le véritable Soi, le Christ, le véritable esprit que vous êtes déjà et
qui se manifeste toujours. Donc je dirais que l’un des plus grands pièges,
un des patrons de conduite les plus addictifs que vous devez observer est
l’idée de vous améliorer vous-même Il s’agit d’une tendance très marquée dans
l’être humain, dans toutes les cultures, dans tous les pays, il existe cette idée
enracinée de l’amélioration de soi. Et dans les bibliothèques, dans la section
de développement personnel, beaucoup d’entre nous ont passé beaucoup
de temps dans ces sections, et vraiment le soi que l’on développe
c’est l’ego. mais en fait il est impossible d’aider l’ego,
il n’y a aucun espoir pour lui. C’est comme quand on va à la
bibliothèque ou dans une librairie et on dit à la dame du comptoir
«J’ai un ego misérable, mais j’aimerais trouver un modèle amélioré, une méthode, un entraînement pour l’améliorer.
Avez-vous quelque chose pour améliorer cet ego misérable ? Je sais que c’est un désir
de mort, mais auriez-vous quelque chose pour briser ce désir de mort,pour le
décorer un peu, vous savez, le rendre un peu plus présentable,
voire aimable. Il y a un enseignement qui dit :
il faut aimer l’ego… et à un certain moment, la question surgit
dans votre esprit. Comment puis-je avoir un désir de mort ? Comment faites-vous pour aimez
un désir de mort ? C’est juste que le désir de mort passe
de la conscience à l’inconscient. Donc tout le travail que nous faisons
dans ce voyage spirituel, c’est juste d’élever ce qui est inconscient
au niveau de la conscience et de voir les choses telles qu’elles sont,
voir que tout cela est faux. À la fin, le faux peut être bon ou
mauvais, beau ou laid, il peut être intellectuel ou idiot,
spirituellement illuminé ou non illuminé… Ce sont là tous des contraires qui sont
projetés sur le petit soi et sur l’ego et en fin de compte, le pardon
est calme, tranquille, silencieux et tranquillement, ne fait rien. Tout
ce que vous visez dans cette vie est juste d’apprendre à ne rien faire
avec beaucoup de grâce. Cela pourrait se résumer ainsi.
Le soi que vous êtes simplement est. Le soi que vous êtes est simplement un
état d’être. Et Être n’est pas faire. Souvent nous avons des conférences et
des stages sur le mental, le corps et l’esprit, et je sais qu’il est commun
d’essayer d’intégrer le mental, le corps et l’esprit,
mais cela n’arrivera jamais. Il y a une intégration du mental
qui est possible et certainement la perception peut être
intégrée, mais… mais le corps est une forme concrète
de l’erreur ou du péché ou d’une fausse croyance et
est une tentative de rendre l’erreur réelle mais dans une forme concrète. Et il y a beaucoup de thèmes sous-jacent
lorsque nous parlons du corps. Le corps, dans la perception de
l’Esprit Saint, est neutre. Il n”est ni positif ni négatif, ce
n’est qu’un symbole qui peut être utilisé comme un
outil d’apprentissage. Et l’esprit est l’endroit où l’apprentissage
ou plutôt le dés-apprentissage a lieu. Donc le corps est plutôt comme
un outil pour désapprendre qui vous aide à désapprendre l’ego.
Et en ce sens, vous ne lui donnez pas plus d’importance qu’il n’en mérite. Il est
juste un symbole pour l’Esprit Saint et seul l’ego peut essayer de
faire du corps un symbole caché, un symbole du manque, de limitation, de
honte, de manque de valeur, d’inconfort… L’ego va tenter de faire que le corps soit
quelque chose, de négatif ou de positif. Car autre chose que l’ego aime faire
est de glorifier le corps. Vous avez peut-être vu à la télévision
le programme « La merveille du corps humain» qui explore tous les systèmes du
corps, toute sa complexité, comme une merveille du monde, et
cela est glorifier le corps. C’est une tentative de le rendre plus que
neutre, plus que le rien qu’il représente. Il y a une section à la fin du texte
qui parle de glorifier le corps en l’ornant pour
essayer d’attirer d’autres corps vers lui. Et dans cette section, Jésus dit
que quand vous faites cela et vous essayez d’utiliser le corps
comme un outil d’attraction, vous offrez à votre frère une
couronne d’épines, au lieu d’un don de lys.
Donc le plus élémentaire, si nous regardons les bases
de la nature humaine l’idée de présenter un beau
corps au monde si cela devient un sujet de préoccupation,
une obsession de l’esprit, si cela reste une priorité, alors Jésus
dit à sa manière, que vous offrez à votre frère une couronne
d’épines et personne ne veut offrir une couronne d’épines, nous voulons offrir
une offrande de Lys. Donc on peut dire que le corps n’est pas
plus qu’un dispositif de communication pour l’esprit, un dispositif corporel
pour désapprendre, pour que l’esprit désapprenne tout
ce qu’il semble avoir appris, pour se défaire des couches de non-savoir,
pour se rendre au cœur de l’innocence que l’esprit est réellement,
et pour défaire tous les concepts, toutes les couches de concepts
qui viennent.